[Codeuses] Elles font vivre le numérique à Nantes - Episode #2 : Sandrine Charpentier, Mixity.co

Dans le cadre de sa formation 100% femmes "Codeuses", Simplon donne la parole à des acteurs nantais du numérique inclusif. Pour ce deuxième article, c'est Sandrine Charpentier, CEO de Mixity.co, startup nantaise qui utilise l’innovation au service de la diversité et de l’inclusion, qui partage son point de vue.

7 juin 2020 |
  • Impact social
  • Inclusion
[Codeuses] Elles font vivre le numérique à Nantes - Episode #2 : Sandrine Charpentier, Mixity.co

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis entrepreneure dans le digital depuis 2004 et j’ai toujours travaillé dans des environnements ou l’innovation et la technologie étaient très présents. J’ai très vite réalisé que l’univers de la tech, qui personnellement me passionne, était peu diversifié avec une majorité d’hommes, blancs, fortement diplômés, entre 30 et 40 ans. 

C’est pour cela que j’ai souhaité mener des projets et m’engager pour plus de mixité et de diversité dans la Tech. J’ai d’abord cofondé l’association Femmes du Digital Ouest à Nantes, premier réseau régional qui encourage la mixité dans le secteur du numérique. Puis, j’ai orienté mes projets entrepreneuriaux vers l’innovation technologique et sociale avec la création de Digitaly en 2016, une agence conseil en innovation. Une façon de faire de la tech for Good. 

En accompagnant des entreprises sur leurs enjeux d’innovation sociale, j’ai compris qu’il y avait encore peu de données collectées pour piloter la responsabilité sociale des entreprises. C’est pourquoi avec 2 associés, Dominique Crochu et Jérome Fortineau, nous avons créé la plateforme Mixity, lancée en 2020. Mixity est la première solution digitale pour évaluer, piloter et promouvoir la diversité et l’inclusion dans les entreprises et organisations. La donnée sur ces sujets est clé parce que c’est en mesurant et en évaluant, que l’on peut faire progresser l’égalité des chances dans nos environnements de vie et de travail. 

Quelle est ta vision de la représentation des femmes dans la tech aujourd'hui ?

Nous sommes à une période où la prise de conscience s'accélère sur la nécessité d’avoir plus de femmes dans la Tech. Même si encore 90% des programmes et algorithmes qui gèrent notre santé, nos déplacements, notre sécurité, sont aujourd’hui conçus par des hommes et que seulement 15% des entreprises de la tech sont créées par des femmes. 

Or, le numérique, la data, deviennent omniprésents dans nos environnements.Les femmes ne peuvent pas se mettre en retrait de tout un pan stratégique de l’économie, de l’innovation, de la valeur créée par ces services technologiques. Ce serait encore une fois, reproduire un déséquilibre genré de notre société. Ce sur quoi il me parait important d’insister , c’est la performance avérée de produits et solutions conçus par des équipes avec des profils mixtes, diversifiés. 

Les entreprises engagées dans la diversité et l’inclusion ont un revenu moyen en innovation plus important que les autres > 48% versus 26% selon l'étude Innovation through Diversity (BCG 2017). Avec des points de vue, des expertises complémentaires et une bonne représentation de la société dans les équipes d’innovation, les problèmes sont abordés bien plus largement, de manière plus inclusive. Et donc les solutions développées prennent davantage en compte les spécificités de la population. 

La diversité est donc bien une source de performance économique, au delà d’un progrès social. On a tout à y gagner. De nombreuses organisations, telles que l’association Femmes du Digital Ouest ou Simplon par exemple, s’engagent pour promouvoir les métiers du numérique auprès des femmes et des jeunes filles. Il faut changer l’image de la tech et agir à tous les niveaux, de la maternelle à l’entreprise et rendre ce secteur plus inclusif en expliquant aux filles et à leurs parents que les métiers du numérique sont diversifiés, accessibles, épanouissants et stimulants

Et dans le monde de la tech, il faut arrêter avec le fait de vouloir créer des cultures « geek » qui écrasent les particularités, les personnalités. On n’a pas à porter un sweat à capuche et des baskets pour montrer qu’on appartient à ce monde de la tech, ni d’être classé Global Elite sur Counter-Strike :)

Penses tu que la réalité est la même sur le territoire Nantais ?
Les chiffres évoluent lentement partout car il faudra du temps pour inverser des tendances sociétales. A Nantes, il y a un vrai engagement des acteurs économiques du territoire, des associations, des écoles, de la collectivité pour encourager la mixité des métiers, notamment dans le numérique. Les entreprises sont sensibilisées, les écoles qui forment aux métiers du numérique s’engagent pour attirer des étudiantes dans leurs parcours. Femmes du Digital Ouest a un rôle clé dans cette dynamique territoriale, portée par sa présidente Aurélie Beaupel

Je pense aussi à plusieurs entrepreneures qui innovent avec le digital et qui son autant de rôles modèles pour aider d’autres femmes à se projeter dans ce secteur, comme Anne-Laure Mesguen, qui a cofondé benevolt.frAnaïs Vivion, cofondatrice de BeApp et Kephyre, Sandrine Bender et Alizée Gottardo qui ont créé Meyko, Gabrielle Rodier, fondatrice de Switch-Up, ou encore Dorothée Barth et Coline Mazeyrat, fondatrices de Jho… Et j’ai encore d’autres noms en tête. Je réalise que la liste s’allonge ! Et que Nantes est vraiment une ville où une femme peut se lancer dans le numérique. Quel que soit son projet, formation, reconversion, entrepreneuriat, elle sera encouragée, aidée, accompagnée. 

Simplon Grand Ouest lance la formation #codeuses dédiée au femmes. que penses tu de cette initiative ?
La présence de Simplon sur le territoire, avec des parcours de formation au développement web dédiés spécifiquement aux femmes s’inscrit dans cet écosystème porteur pour plus de mixité sur notre territoire. Comme je l’ai indiqué, il faut plus de femmes aussi dans les métiers de développement information, dans la conception des algorithmes. 

Si on encourage la mixité dans ces métiers, on encouragera notamment une IA non sexiste. C’est important de ne pas reproduire des biais stéréotypés dans la façon dont les données sont encodées puis analysées. 

La formation #codeuses proposée par Simplon permet aussi, parce qu’elle est 100% adressée aux femmes, de mieux les former, en prenant en compte leurs spécificités, leur besoin de se projeter dans un univers qui a ses codes, qui souvent ne leur parlent pas directement. Adapter la pédagogie de formation, aider les femmes à gagner en confiance sur leurs capacités en programmation informatique, c’est très important. Je salue cette démarche, parce qu’elle est vraiment nécessaire pour plus d’équilibre dans la répartition femme-homme sur les métiers de développeur.se. On ne peut pas se contenter de faire comme on a toujours fait, ça ne marche pas. Donc innover avec ce genre de programme spécifique pour permettre que les choses progressent, c’est agir concrètement sur un public bien défini. 

Quelle place envisages tu de prendre dans ce projet ?
Je serai ravie d’intervenir auprès d’une promotion pour partager mon expérience et ma vision du traitement de la donnée, de la programmation dans un projet innovant porteur de sens. Sinon, bien sûr, je ne manquerai pas de présenter ce programme aux femmes qui me contactent régulièrement pour savoir comment se reconvertir dans le monde du numérique. 

Que dirais-tu à une femme qui hésite encore à se lancer dans un métier du numérique ?
Je lui dirai qu’au pire, en se lançant, elle apprendra beaucoup et qu’elle pourra acquérir des compétences qui seront toujours utiles et valorisées dans son parcours professionnel, d’une manière ou d’une autre. Et qu’au mieux, elle aura de très belles opportunités de carrière, parce que son profil est particulièrement recherché dans ce secteur et que la seule limite qu’elle trouvera à son évolution sera celle qu’elle se fixera. 

Je lui dirai aussi qu’elle peut être elle-même, parce qu’elle a beaucoup à apporter à ce monde de la tech. 

"Codeuses" est un parcours de formation intensive et gratuite proposé par Simplon à Nantes et réservée aux femmes pour leur permettre, sans aucun prérequis technique, de se former en 8,5 mois au métier de développeuse Web.

Prochaine session à Nantes programmée  le 20 juillet 2020 : Infos et candidatures ici
Partager cet article
Retourner en haut